QUELQUES IMAGES ET QUELQUES COMMENTAIRES.

Le mirage III:

Remarquable chasseur delta, dont la renommée fut obtenue grâce à la victoire israélienne en 1967, et à son "sex appeal".
Cette renommée fut telle qu'elle fit passer le Mirage III pour quasiment invincible, alors qu'en réalité, et malgré d'indéniables qualités, ses défauts sont réels et forts gênants.

Le fait que la gouverne de profondeur soit placée sur le bord de fuite de l'aile (donc plus près du centre de portance que pour une gouverne "classique"), a pour conséquence que cette gouverne travaille avec un bras de levier très court.

Un bras de levier court implique un effort plus grand, donc une force plus grande de la part de la gouverne.

Pour fournir une force plus grande, la gouverne doit être braquée d'avantage, ce qui produit une plus grande trainée.

Cette trainée peut entrainer une perte de vitesse très gênante en combat tournoyant.

Sauf que, ce problème ne se manifestait qu'aux basses vitesses, pourquoi?
Parce que l'efficacité d'une gouverne de profondeur dépend du carré de la vitesse (aux hautes vitesses, un braquage faible est donc suffisant), et parce que le rapport efficacité/trainée est très nettement avantageux pour de petits angles de braquage.

Le Mirage III était donc excellent chasseur de combat aérien du moment qu'il ne lui était pas demandé de le faire à basse vitesse.

Le bord de fuite de l'aile porte les gouvernes de profondeurs et de contrôle en roulis (élevons), il ne peut donc être équipé de dispositifs hypersustentateurs (volets).

Privés du supplément de portance qu'apportent ces dispositifs, le Mirage III atterrit donc à une vitesse très élevée et avec un fort cabrage.

C'est pour corriger tous ces défauts que Dassault étudia une autre formule aérodynamique, plus classique, mais permettant l'emploi de dispositifs hypersustentateurs tant au bord d'attaque qu'au bord de fuite, et donnant une meilleur manoeuvrabilité aux basses vitesses.
Le résultat fut l'excellent, et même très excellent Mirage F1.

Encore.

Et encore.

Et encore. Remarquez le déporteur levé sur l'aile gauche.

Et encore.

Et encore.

Vous l'avez compris, j'aime bien cet avion.

Par rapport au Mirage III, sa manoeuvrabilité est 80% supérieure (surtout à basse vitesse, bien sûr).

Une version encore plus performante a failli exister; désignée F1E (avec E pour europe, et à ne pas confondre avec les Mirage F1 E livrés à l'Irak dans le passé).

Cette version était équipée du moteur M53 (celui du Mirage 2000) et fut proposée à différents pays, dont la Belgique, dans le cadre du marché du siècle (remplacement des Lockeed F104 starfighters).

Ce marché du siècle fut remporté par le General Dynamics F16 fighting falcon (depuis, la firme General Dynamics a été reprise par Lockeed).