La traînée d'interférence.

Elle est due aux turbulences provoquées par la rencontre d'écoulements de directions différentes aux emplantures des ailes et de la queue par exemple.

Elle se combat en "arrondissant" les angles à ces endroits.

La traînée induite.

Vous le savez, il existe une différence de pression entre l'intrados et l'extrados.
À cause de cette différence de pression, de l'air en provenance de l'intrados contourne l'extrémité de l'aile pour rejoindre l'extrados.

Ce mouvement est à l'origine de la formation de tourbillons (parfois puissants) aux bouts des ailes.

Mais cette différence de pression est aussi à l'origine d'une déviation de l'ensemble de l'écoulement vers l'intérieur sur l'extrados et vers l'extérieur sous l'intrados.

Sur l'extrados, l'écoulement ressemble au dessin ci dessous:

Et sous l'intrados, à cet autre dessin ci dessous:

Lorsque les deux écoulements se rejoignent au bord de fuite, ils se croisent, formant de petits (tout petits) tourbillons en aval de l'aile.

Ces petits tourbillons viennent s'ajouter aux gros tourbillons qui se forment aux bouts des ailes.

La traînée induite correspond à l'énergie perdue dans ces tourbillons.

La traînée induite est inévitable parce qu'elle est le "prix à payer" pour la portance, mais elle peut être diminuée, essentiellement grâce à ce que l'on appelle les winglets, et qui servent à diminuer l'intensité des tourbillons dit "marginaux", c'est à dire ceux qui se forment au bout des ailes.